Le marché dominical pontois a une histoire unique et rare en France. En 1364, le roi de France Charles V approuve et ratifie l’acte autorisant l’installation du marché le dimanche. Ce dernier doit sa longévité aux nombreuses lettres patentes en date des mois de mars 1343 et juin 1348, signées par le Roi de France Philippe VI de Valois.

Ces documents accordent le droit d’installer un marché le dimanche à perpétuité. On doit ce privilège à Nicolas de Vères, fils d’un pêcheur pontois, qui fut conseiller du roi Charles V avant d’être nommé évêque de Chalon-sur-Saône (récit relaté en 1878 dans un ouvrage, par l’abbé Horson).

Primitivement, le marché du dimanche était réservé aux apports pour le jardinage avec vente de beurre et d’œufs. En 1793, un règlement interdit aux revendeurs de se fournir sur les étals du marché avant que la population pontoise n’ait eu le temps de faire ses provisions. Depuis la Révolution française, le marché a pris de plus en plus d’importance. Encore aujourd’hui, il fait la fierté de la commune.

Devant son succès, la municipalité a décidé de mettre en place certains projets pour l’amélioré. Des aménagements sont expérimentés concernant la sécurisation et l’organisation de la circulation en vue d’un éventuel agrandissement.

Selon les saisons, plus de quatre-vingt marchands s’installent place Lamy, place E. Petit, place du Fort et sur le quai de l’Yonne. Mais les demandes de forains évoluent, d’où cette redynamisation. Il attire une clientèle venue des départements limitrophes ainsi que de nombreux résidents secondaires. Le mercredi c’est un plus petit marché qui s’installe place Lamy.

Source : RN6 dec. 2014. Crédits images à leur propriétaires respectifs.